Chapitre 90 : Gook

Publié le par RoN

Kenji emporta son bôken et son katana brisé, sans compter le couteau de survie qui ne le quittait jamais. Il promit à Faye d’être prudent avant de sortir du bus et de trotter pour rattraper cet homme étrange. Celui-ci marchait lentement, d’un pas lourd, et le tueur de goules constata que sa stature était impressionnante. L’homme devait mesurer près de deux mètres, et ses épaules étaient presque deux fois plus larges que celles de Kenji. Un vrai physique de catcheur. Il ne se retourna même pas en entendant les pas derrière lui, poursuivant sa route vers un pavillon qui devait avoir appartenu à une riche famille.
« Vous arrivez à voir quelque chose, derrière votre casque ? » interrogea Kenji.
Toujours pas de réponse. C’était à croire que l’homme ne l’entendait pas. Il s’arrêta devant l’imposante maison et scruta les environs, imité par son compagnon. L’homme en noir lui accorda enfin un regard, du moins Kenji en eut-il l’impression, car ses yeux étaient invisibles derrière le masque de soudeur. Le tueur de goules crut entendre une sorte de reniflement quand le visage de l’homme se tourna vers le sabre brisé qu’il tenait dans sa main.
« Ca fait mal au cœur, einh ? commenta Kenji en contemplant lui aussi la lame amputée de la moitié de sa longueur. Le votre a l’air en meilleur état.
-    …
-    Vous ne comprenez pas ce que je vous dis ? Ou bien vous êtes muet ?
-    La ferme. »
Ah, alors il pouvait parler. Une voix gutturale, étouffée par le casque, qui correspondait parfaitement à son allure et à la rudesse de ses mots. Kenji allait répliquer quand l’arbalète de l’homme se leva. Le tueur de goules observa la direction ainsi indiquée pour découvrir un groupe d’une douzaine de goules, accroupies dans leur torpeur nocturne, à quelques dizaines de mètres.
« Ils ne nous ont pas repérés, constata Kenji. On ferait mieux de s’éloigner. Ils ne vont pas tarder à se réveiller. »
Visiblement, son compagnon n’était pas de cet avis. Tenant son arbalète des deux mains, il visa longuement sans même enlever son casque. Aucune chance qu’il fasse mouche à cette distance. Le tueur de goules allait le lui signaler quand la flèche partit dans un sifflement sec. Il faisait encore trop nuit pour en être certain, mais Kenji eut bien l’impression que le projectile avait atteint sa cible. L’une des silhouettes s’écroula, foudroyée dans son sommeil.
« Super ! commenta le jeune homme. Vous avez dû l’avoir en pleine tête, sinon elle se serait relevée. »
Un grognement satisfait fut la seule réponse que le tireur daigna lui accorder, rechargeant son arme en moins d’une seconde. Alertée par la mort d’un de leurs congénères, les zombies s’étaient levés comme un seul homme, scrutant les alentours pour trouver la source de la menace. Impassible, l’homme en noir visa à nouveau, tira, envoya une autre goule en enfer. Cette fois, les monstres réussirent à détecter la provenance du tir, et se ruèrent vers les deux humains. Le temps qu’elles se rapprochent, l’arbalettier en avait abattu deux autres. Mais il allait falloir terminer le travail au sabre.
L’homme en noir n’attendit pas que les goules soient sur lui. Il fonça sur les monstres, dégaina son katana et décapita le premier d’un seul mouvement, avant d’enchaîner sur deux autres. Kenji n’était pas en reste. Bôken dans une main, sabre brisé dans l’autre, il éclata un crâne, en trancha un autre ; il passa son sabre en travers de la bouche béante d’un monstre, l’abandonnant pour pouvoir manier son bôken à deux mains. Un coup bien placé suffit à achever le zombie, et Kenji se retourna vers son compagnon. Pour voir une goule refermer ses crocs sur le bras gauche de l’homme. Ne lâchant même pas un cri de douleur, il s’occupa d’un second zombie qui arrivait par sa droite, abattant son katana sur le crâne de la créature. Malheureusement sa force n’était pas suffisante et l’arme resta figée dans l’os, s’échappant de sa main lorsque le cadavre s’écroula. Le zombie qui l’avait mordu était toujours accroché à son bras, ses dents plantées dans le cuir, et l’homme lui envoya un puissant coup de poing pour lui faire lâcher prise. Un autre monstre arrivait déjà derrière lui, mais fut stoppé net par le couteau de Kenji. La lame vola hors de son étui et vint perforer le crâne du monstre en plein vol. Restait une goule, celle qui avait mordu l’homme en noir. Mais elle ne revint pas à la charge, se figeant sans attaquer les deux hommes avant de tourner les talons et de s’enfuir à toutes jambes. Kenji savait ce que cela signifiait et partit immédiatement à sa poursuite, mais une flèche d’acier fusa à quelques centimètres de sa gorge, pour venir s’empaler dans la tête du fuyard. Le problème était réglé.
Reprenant son souffle, Kenji récupéra son katana brisé avant de retourner vers son compagnon de bataille. Toujours aussi impassible, celui-ci prit le soin de recharger son arbalète, nettoya la lame de son sabre et le rangea dans son fourreau. Katana qui serait bientôt en possession du tueur de goules, puisque le pauvre homme avait été mordu et n’en avait donc plus pour longtemps.
« Je… commença Kenji, ne sachant pas trop quoi dire en ces circonstances. Si vous voulez en finir vite, je peux vous aider… »
Un grognement interrogatif se fit entendre derrière le casque. Le jeune homme désigna le bras mordu, et réalisa du même coup que pas une goutte de sang n’en coulait. L’homme dû voir son regard, car un ricanement rauque parvint aux oreilles de Kenji.
« Faut sortir couvert, commenta-t-il en ouvrant son blouson de cuir, exhibant une sorte de chemise de métal tressé.
-    Une cotte de mailles ! s’exclama le tueur de goules. Pourquoi portez vous une veste par-dessus ?
-    Pour pas que ça fasse de bruit.
-    Et où avez-vous trouvé ça ? »
Son interlocuteur haussa les épaules, retombant dans son mutisme. Mais pas pour très longtemps. Visiblement, ce petit massacre lui avait délié la langue. Rien de tel qu’une bonne petite bataille pour briser la glace.
« T’as l’air de savoir te battre, gamin, commenta l’homme. Mais faut prendre soin de tes armes. Un sabre, c’est plus précieux que tout l’or du monde, à notre époque.
-    Je sais… répondit-il en regardant son katana brisé, dépité. C’était un accident. J’ai voulu jouer au guerrier et j’ai perdu. Vous sauriez pas où je pourrais en trouver un nouveau ?
-    Hum… possible que j’aie une idée, ouais. J’ai l’impression que t’es un gars bien, alors je t’y emmènerai bientôt. Mais pour l’instant, j’ai un truc à faire. T’as qu’à rester avec moi. »
Kenji accepta immédiatement, trop heureux à l’idée de pouvoir remettre la main sur un katana neuf. Peut-être aurait-il du se montrer plus méfiant. Mais malgré son allure inquiétante, sa force brute et sa capacité à manier les armes de façon très efficace, l’homme en noir ne lui paraissait pas vraiment dangereux. Histoire de sympathiser, le tueur de goule se présenta et informa son compagnon que lui et ses amis voyageaient en direction de la Chaîne Platte pour essayer de retrouver leurs camarades.
« Tiens donc, commenta l’homme comme si cela ne l’étonnait pas. Moi c’est Gook. Saul Gook. »
Et il releva enfin son casque, exhibant un visage dur, dévoré par une barbe drue et marqué par une hideuse cicatrice pas tout à fait refermée. L‘homme devait avoir une cinquantaine d’année et ses yeux gris clair semblaient empreints d’une profonde tristesse. Ou bien était-ce de la résignation. Une chose était sûre, il avait dû vivre des choses difficiles. Kenji lui serra la main et lui demanda ce qu’il faisait par ici, mais Gook n’avait pas l‘air très enclin à la discussion.
« On papotera plus tard, dit-il. Vaut mieux rester vigilant. Y a sans doute d’autres saloperies dans le coin, et faut qu’on soit à l’abri avant le lever du soleil.
-    Alors on ferait mieux d’y aller tout de suite.
-    Non. Y a un coin sûr pas très loin. Avec votre bus, on y sera en quelques minutes, ça nous laisse le temps de visiter deux-trois baraques. »
Illustrant ses propos, il pénétra dans la maison la plus proche, défonçant la porte d’un bon coup de talon. Kenji le suivit maladroitement, n’y voyant pas grand-chose dans l’obscurité ambiante. Gook lui tendit une lampe torche, lui-même ne semblant pas en avoir le moindre besoin. Ce qui étonna le jeune homme.
« J’y vois comme en plein jour, l’informa son compagnon. C’est grâce à ce casque.
-    Super cool. Où avez-vous trouvé tout ça ?
-    Là où je squatte. Tu verras bien quand on y sera. En attendant, essaie de trouver des ordinateurs. Y en a sûrement plusieurs, dans cette maison de bourges. »
L’intérieur était en effet richement décoré et doté de pas mal d’appareils high-tech. En explorant les chambres à l’étage, Kenji mit la main sur un ordinateur portable, qu’il rapporta à Saul Gook, occupé à ouvrir l’unité centrale du PC situé dans le salon.
« Bon boulot, le complimenta l’homme. C’est un modèle récent. »
Il arracha une poignée de fils de la tour, enleva plusieurs cartes et composants, avant de mettre la main sur ce qui l’intéressait. Le processeur, qu’il extirpa avec soin avant de l’enfouir dans sa besace. Puis il s’attaqua au portable avec plus de précautions, utilisant une petite trousse à outils pour extraire ce qu’il recherchait. Lui et Kenji visitèrent ensuite deux autres maisons, récupérant trois processeurs supplémentaires.
« Vous êtes une sorte d’ingénieur ? interrogea le tueur de goules.
-    Ouais, on peut dire ça…
-    Et ça va vous servir à quoi, tous ces processeurs ?
-    A récupérer un composant rare. Des nanotubes de carbone. Il m’en faut environ deux grammes. Y en a 0.05 dans chaque processeur, 0.1 pour les plus récents.
-    Génial. On a pas terminé, alors.
-    Oh, j’en ai déjà pas mal, t’inquiète pas. Encore une ou deux expéditions dans ce coin et ça devrait être suffisant. Mais pour aujourd’hui, ça va être bon. Faut se tirer d’ici, maintenant.
-    Et pourquoi vous avez besoin de ces… nanotubes ? »
Kenji ne le vit pas derrière le casque, mais un sourire s’étira sur les lèvres de Gook. Evénement rarissime, s‘en rendrait-il compte par la suite.
« Pour fabriquer une arme, répondit Saul. L’arme ultime. »

Publié dans Chapitres

Commenter cet article

Tistou Lacasa 22/12/2009 17:47


Encore un personnage qui me plaît :D


RoN 22/12/2009 18:12


GOOOOOOOOOOOOOOOOOOOK !! Ce nom me fait vraiment triper ^^