Chapitre 50 : châtiment

Publié le par RoN

La panique s’empara immédiatement du camp. Un des Raiders blessé s’effondra à l’entrée du bus occupé par les esclaves, avant de se relever et de s’engouffrer dans le véhicule pour y faire un massacre. La plupart des mercenaires étaient trop saouls pour réussir à garder leur sang froid et se servir de leurs armes de façon efficace. Ils se contentaient de s’enfuir en hurlant, tandis que les infectés s’attaquaient à ceux qui étaient trop lents ou trop bourrés pour réussir à courir. Une véritable hécatombe.
Mais l’évasion des goules n’avait rien d’un hasard. C’était bien là le châtiment de Vicious contre les dissidents qui planifiaient de le trahir. Alors que ses hommes étaient occupés avec la boite à goule, le chef s’était introduit dans le bus où étaient retenus les monstres.
« C’est ton jours de chance, miss Faye, dit-il à la prisonnière en la délivrant de ses chaînes. Je te conseille de te tirer d’ici sans tarder. »
Craignant que Vicious attende qu’elle tourne les talons pour lui mettre une balle dans le dos, Faye préféra rester immobile.
«  Barre-toi ! insista celui-ci. Je vais libérer les zombies et j’ai besoin qu’ils sortent, pas qu’ils restent ici à te bouffer ! »
Faye constata que le leader était sérieux et elle se carapata le plus vite possible. Vicious déverrouilla la porte de la cellule avant de prendre également ses jambes à son cou, bientôt suivi par les zombies. Mais le jeune homme n’en avait pas encore fini. Il fonça vers le véhicule contenant les armes et feux d’artifices qu’ils utilisaient quand ils nettoyaient une zone, tandis que les monstres se dirigeaient vers l’attroupement, évidemment attirées par l’agitation qui régnait autour de la boite à goule.
De son côté, Faye était bien incapable de savoir quoi faire dans cette situation, et la première chose qui lui vint à l’esprit fut de quérir l’aide de la seule personne à s’être montrée bienveillante depuis leur capture.
Aya s’était vite rendu compte que l’attaque des goules constituait l’occasion qu’elle attendait depuis des semaines. S’étant procuré la clé d’un véhicule, elle s’apprêtait à mettre les voiles quand Faye débarqua dans le bus.
« Tu en as de la veine ! s’écria Aya. Grimpe vite, et tirons nous d’ici !
-    Pas sans Kenji ! protesta-t-elle. Je t’en prie, aide-moi à aller le chercher ! »
Aya n’avait aucune envie de s’attarder dans ce camp infesté de goules. Mais si elle voulait s’échapper, c’était justement pour retrouver son amour perdu. Dans ces conditions, comment refuser son aide à une femme dont les motivations étaient exactement les mêmes ?
Grommelant pour la forme, elle s’équipa d’un pistolet et du katana de Kenji, bientôt imitée par Faye, et les deux jeunes femmes sortirent du bus à pas de loup.
Tout autour résonnaient des hurlements. Des silhouettes se battaient, d’autres couraient en tout sens. Difficile de dire qui était goule ou humain. Et pour couronner le tableau, le véhicule dans lequel étaient conservés feux d’artifices et munitions était dévoré par les flammes. Il ne tarda pas à exploser, projetant débris mortels et fusées éclairantes à des dizaines de mètres alentours. Non content d’avoir libéré les goules prisonnières, Vicious avait en effet décidé d’attirer tous les monstres à un kilomètre à la ronde. Niveau vengeance, on faisait difficilement plus sévère.
Mieux valait ne pas traîner trop longtemps dans le coin. Un bien dans un mal, les flammes répandues par l’explosion permettaient d’y voir un peu mieux, et les filles tombèrent vite sur deux corps en train de rouler dans la poussière. Par habitude, Aya faillit loger une balle dans la tête de celui qui se battait quasiment nu. Mais fut heureusement retenue par Faye, car le jeune homme en caleçon était bien Kenji. Totalement exténué, celui-ci était à deux doigts d’abandonner et de laisser la goule plonger ses dents dans son cou, mais Aya la repoussa d’un bon coup de pied avant de l’exécuter.
Aidé de Faye, Kenji se remit sur ses pieds et reprit instantanément des couleurs quand la jeune femme lui tendit son katana. Le tueur de goule n’attendit pas une seconde pour s’en servir, décapitant un zombie qui les avait repérés et qui s’approchait dans le dos d’Aya. Avant de s’écrouler à genoux, complètement épuisé.
« Bon, maintenant, on se tire d’ici ! » ordonna la jeune femme en reprenant la direction du bus.
Mais ils se rendirent malheureusement compte que quelqu’un s’était déjà enfui avec le véhicule. Pestant de rage, ils renoncèrent à essayer de trouver un autre moyen de locomotion et commencèrent à s’éloigner à pied. Pour être interceptés par un des rares Raiders survivants.
« Où est-ce que vous croyez aller comme ça ? » les interrogea Bill le dissident.
Le mercenaire était grièvement brûlé sur un bon tiers du visage, et la rage brillait dans ses yeux. Braquant les fuyards avec un fusil de chasse, il avait bien l’intention de les empêcher de mettre les voiles.
« Vous allez rester bien gentiment avec moi et m’aider à buter tous ces zombies, ordonna-t-il. Et après, on se donnera du bon temps, les filles. J’vais vous baiser jusqu’à l’os, vous allez voir. Surtout toi, Aya, depuis le temps que j’en ai envie…
-    Derrière toi, se contenta de répondre la jeune femme en fixant un point derrière le Raider.
-    Tu crois que tu vas m’avoir avec un truc aussi ringard ? Aller, jette ton flingue, ma jolie ! »
Le mercenaire aurait pourtant du écouter l’avertissement d’Aya. Car une seconde plus tard, les dents d’un de ses anciens camarades se plantèrent dans son cou. Haussant les épaules, Aya gratifia les deux hommes d’une balle dans la tête chacun, et les trois survivants purent reprendre leur fuite.
Mais avec les explosions, feux d’artifice et le temps qu’ils avaient perdu, nombre de goules étaient déjà en train de rappliquer. Kenji n’était pas en état de batailler, ayant déjà du mal à se déplacer sans l’aide de Faye, et les quelques munitions qu’ils avaient emporté se tarirent bien vite.
Ils avaient mis quelques centaines de mètres de distance entre eux et le camp dévasté quand une meute de six zombies les prit en chasse. Les trois survivants firent de leur mieux pour essayer de les distancer, mais c’était peine perdue. Résolue à affronter les monstres, Aya s’empara du katana. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas manié ce type d’arme, et se battre contre six évolués n’allait pas être une partie de plaisir. Mais elle n’avait pas le choix. Kenji était à la limite de l’inconscience et Faye bien trop paniquée pour lui prêter main forte.
Mais alors que les monstres n’étaient plus qu’à une dizaine de mètres, fonçant vers le groupe à toute allure, un vrombissement de moteur se fit entendre et un bus percuta la meute, démembrant violemment les zombies avant de s’arrêter dans un crissement de pneus. Redoutant que celui-ci soit occupé par des Raiders survivants, Aya brandit son sabre, prête à en découdre. Il était hors de question qu’elle retourne avec cette bande de porcs. Et elle ne laisserait pas non plus le couple se faire capturer.
Mais le conducteur du bus était seul. Et malgré tout le dégoût qu’il inspirait à la jeune femme, il ne représentait pas une menace immédiate. Au contraire, il était même leur seul espoir de s’éloigner de cet enfer.
« Bonsoir bonsoir ! dit Vicious avec un grand sourire. Montez donc. Ce coin n’est pas très sûr pour faire du stop… »
 Se faire sauver par celui qui les avait retenus prisonniers était bien le comble de l’ironie. Mais au vu de la dizaine de goules qui se rapprochait, les survivants n’avaient pas vraiment le choix, et embarquèrent sans tarder dans le bus de leur tortionnaire/sauveur. Si après ça ils ne souffraient pas du syndrome de Stockholm…

Publié dans Chapitres

Commenter cet article

Mary 06/11/2009 21:13


coucou

et ba on peu dire que t'en n'a abbatu du travail. Depuis 50 jours... j'adore tes descriptions intime dans cette univers de brute...lol
biz


tistoulacasa 06/11/2009 20:44


putain déjà 50 jours !!!


RoN 07/11/2009 00:29


Ouais, enfin pas exactement vu qu'au debut javais mis 10 chapitre d'un coup...