Chapitre 47 : l'attaque

Publié le par RoN

Mais dans ce monde de dévastation, le bonheur ne dure jamais bien longtemps. Le couple ne le réalisa que trop tôt, quelques semaines après la guérison de Kenji.
Les amoureux travaillaient dans leur potager quand un bruit de moteur sur la rive ouest du fleuve Amara attira leur attention. Deux motards chevauchant des bécanes surpuissantes, qui s’arrêtèrent quelques instants pour les observer, avant de reprendre la route sans tarder car des goules se dirigeaient vers eux. Kenji eut un très mauvais pressentiment. Et il avait bien raison. Car une quinzaine de minutes plus tard, c’est une véritable armada qui vint se garer en face de leur île. La première chose que firent les nouveaux arrivants fut de livrer une grande bataille contre la cinquantaine de zombies qui traînaient dans le coin. Faye et Kenji purent ainsi voir que la bande disposait d’une sacrée puissance de feu, et préférèrent se réfugier dans leur cabane. Le jeune homme se souvenait vaguement que Jack et ses compagnons avaient mentionné leurs déboires avec une bande armée qui se faisait appelée Raiders. Des mercenaires sans foi ni loi qui pillaient tout sur leur passage et kidnappaient les femmes pour en faire leurs esclaves sexuelles. Il espérait de tout cœur que ce n’était pas à eux qu’ils avaient affaire. Mais malheureusement, c’était bien le cas.
Les bandits tuèrent la majorité des goules, et en capturèrent deux ou trois grâce à des filets de pêche. Qu’espéraient-ils donc en faire ? Mais il n’était pas temps de se poser cette question, car les Raiders commençaient à s’intéresser à la cabane, à une cinquantaine de mètres de leur position. A l’intérieur de leur abri, Kenji et Faye les observaient d’un œil inquiet.
« A terre ! » cria soudain le tueur de goules à sa compagne.
Ils se jetèrent au sol de justesse. Car sous l’ordre d’un jeune homme équipé d’une paire de revolvers, que le couple connaîtrait bientôt sous le pseudonyme de Vicious, les mercenaires braquèrent leurs armes vers eux et tirèrent sans sommation. La rafale de plomb traversa les murs comme du beurre, dévastant leur précieux logis. Cela dura quelques secondes avant que le chef ordonne de cesser le feu.
« C’était juste un avertissement ! prévint-il. Sortez de là et venez donc nous rejoindre, qu’on discute un peu ! »
Il aurait fallu être stupide pour lui faire confiance après ce qui venait de se passer. Mais le couple avait-il le choix ? Ils ne disposaient d’aucune arme mise à part le katana et un fusil sans munition. S’ils essayaient de s’enfuir en barque, les Raiders auraient tôt fait de les abattre ou de les couler. Mais Kenji savait pertinemment quel sort les mercenaires réservaient à Faye. Et il ne comptait pas laisser tomber comme ça la femme qui lui avait sauvé la vie, et qu’il avait appris à aimer. Les Raiders cherchaient la baston ? Ils allaient la trouver. Après avoir triomphé de centaines de monstres assoiffés de sang, ce n’était pas une bande de bandits qui allait faire peur au légendaire tueur de goules. Ses instincts guerriers se réveillaient, et avec eux la soif de sang qui l’avait habité durant des mois, le transformant en un impitoyable chasseur de zombies. Oh, bien-sûr, il n’avait encore jamais tué d’être humain. Mais hommes ou goules, ceux qui en voulaient à sa vie méritaient de mourir.
Il ordonna à Faye de se cacher dans un placard avant de s’emparer de son katana et de sortir à plat ventre par la porte de derrière, dissimulé par les hautes herbes qui environnaient la cabane. De l’autre coté du fleuve, les Raiders avaient l’air en plein débat, et Kenji devina qu’ils essayaient de choisir qui allait devoir se mouiller pour venir les débusquer. Vicious finit par trancher et somma cinq de ses hommes de plonger.
Tenant leur fusil au dessus de leur tête pour ne pas les mouiller, les mercenaires nagèrent difficilement vers l’île. C’était exactement ce que Kenji espérait. Il attendit que les Raiders se rapprochent pour prendre une grande inspiration et s’enfoncer sous l’eau sans se faire entendre. Le fleuve était assez trouble, et les arrivants trop concentrés sur leur nage pour remarquer le prédateur qui se faufila près d’eux. Jusqu’à ce que l’un d’eux soit violement tiré sous la surface et qu’une lame d’acier le transperce de part en part, teintant les eaux de rouge. Paniqués, les autres firent de leur mieux pour déterminer d’où venait la menace, mais pas assez vite pour empêcher un second Raider de subir le même sort. Kenji se servit d’un des cadavres pour se dissimuler alors qu’il remontait prendre son souffle, avant de replonger et d’éliminer un troisième adversaire. Un des deux Raiders restant se retourna juste assez vite pour voir leur agresseur émerger et lui trancher le visage au niveau des yeux. Quant au dernier, Kenji lui projeta son katana en pleine poitrine, avant de replonger et de récupérer son arme.
Mi-énervé, mi-amusé – ce qui lui valut d’ailleurs un regard de désapprobation très appuyé de la part de ses hommes -  Vicious ordonna d’ouvrir le feu. Kenji s’enfonça le plus profond possible, aidé par le poids de son katana, mais une balle l’atteignit tout de même au bras droit, le faisant presque lâcher son arme. Ivre de douleur et commençant à manquer d’air, il décida de changer de tactique et laissa le courant l’éloigner un peu du combat avant de se diriger vers le bord du fleuve. S’il pouvait sortir sans que les Raiders le voient, il pourrait tenter de les prendre à revers. Il avait peu de chance de s’en sortir face à une trentaine d’hommes armés, mais ses alternatives étaient de tout façon très limitées. Malheureussement, le sang qui s’échappait de son bras et qui teintait ses vêtements le trahissait, et Vicious l’avait remarqué.
« Ce mec ne doute de rien… constata-t-il. Il espère vraiment nous avoir tout seul ? Prenez les filets qu’on utilise pour attraper les zombies, et choppez le dès qu’il remonte à la surface. Mais ne le tuez pas.
-    Pourquoi on le laisserait en vie ? protesta un des Raiders. Il vient de buter cinq de nos potes !
-    Si on le prend vivant, on pourra s’amuser avec lui plus tard, expliqua Vicious, mécontent de voir que ses ordres étaient discutés.
-    Merde, tu ne peux pas laisser ces pauvres gens tranquilles ? grommela la jeune femme qui observait la scène à côté de lui.
-    Ta gueule, Aya. Je fais ce que je veux dans ce pays, alors tâche de t’en souvenir si tu ne veux pas que je revienne sur ma décision de te laisser la vie sauve… Ou que je te donne en pâture à cette bande de loups… »
Aya baissa les yeux, résolue à voir les Raiders détruire la vie tranquille d’étrangers qui ne leurs avaient rien fait. Mais mieux valait eux qu’elle.
Kenji eut à peine le temps de sortir la tête de l’eau pour reprendre son souffle. Un filet aux mailles étroites s’abattit sur lui, l’empêchant totalement de se débattre ou de brandir son sabre. Les Raiders le rouèrent de coups sans même le sortir de l’eau, manquant de peu de le noyer, avant de le traîner devant Vicious.
« Eh bien, voilà un sacré guerrier, commenta celui-ci. Tuer cinq de mes hommes à toi tout seul, beau boulot, mec. On se serait presque cru dans Rambo. Mais maintenant, tu vas me faire le plaisir d’appeler ta jolie copine, sinon je te troue la cervelle. »
Kenji n’avait aucunement l’intention d’obtempérer. Son regard furieux en disait long sur ce qu’il aurait fait subir à Vicious s’il avait été capable de bouger. Cela eut surtout l’air d’amuser le chef des Raiders.
« Ah, l’amour… commenta-t-il. Nous les hommes, on serait prêt à donner notre vie pour protéger nos bien-aimées, einh ? Enfin, je dis « nous », mais je ne crois pas une minute en cette absurdité. Heureusement, les femmes, elles, ne vivent que pour ça. N’est-ce pas, Aya ? »
La jeune fille préféra ne rien répondre, son regard baissé sur le pauvre homme emprisonné dans le filet.
Vicious dégaina un de ses revolvers et tira une balle dans le mollet de Kenji en souriant de toutes ses dents. Le jeune homme ne pu retenir un hurlement.
« Tu entends ça, poulette ? lança le leader en direction de la cabane. Si tu te montres pas, la prochaine ira dans le crâne de ton chéri !
-    Va-t-en, Faye ! cria Kenji. Tire-toi !
-    Toi, ta gueule ! répliqua Vicious et lui décochant un coup de pied au visage. Je compte jusqu’à trois ! Un ! Deux ! T… »
Mais la porte de la cabane venait de s’ouvrir.
« Arrêtez ! cria Faye. Laissez-le, je vous en supplie !
-    Pfff, ça marche à chaque fois… soupira Vicious. On dit que les mecs sont dirigés par leurs couilles, mais franchement, c’est exactement la même chose pour les femmes et leur utérus… Bon, ramène toi par là, miss Faye. Et en vitesse. »
Terrorisée mais torturée par l’idée de laisser son amoureux mourir, la jeune femme obtempéra, grimpant dans la barque et se dirigeant vers les Raiders. Une fois qu’elle fut arrivée, elle voulut courir vers Kenji, mais un des mercenaires l’attrapa par les cheveux et la jeta aux pieds de Vicious.
« Eh bien, quel joli petit lot, commenta celui-ci. Je crois que je vais me faire plaisir, cette nuit…
-    Je te ferai la peau… murmura Kenji. Je te trancherai les deux bras et te donnerai à bouffer aux goules.
-    C’est ça. C’est plutôt toi qui risque d’y passer, monsieur le pseudo samouraï. Car ce soir, tu vas participer à notre jeu préféré. On appelle ça « la boîte à goule », et je suis sûr que ça va te plaire…»

Publié dans Chapitres

Commenter cet article

Tistou Lacasa 03/11/2009 19:01


Qu'il est méchant ce Vicious !