Chapitre 35 : la vengeance de Paul

Publié le par RoN

Jack se réveilla en sursaut, croyant avoir entendu un bruit inhabituel. Un klaxon. Mais quelques secondes auparavant, il rêvait qu’ils affrontaient les goules dans leur bus et le bruit pouvait très bien être sorti de son imagination. Gina et Alice dormaient paisiblement à côté de lui, et s’il y avait bien eu un coup de klaxon, cela aurait sans doute réveillé le bébé. Le jeune homme se recoucha et s’assoupit, rassuré. Malgré la super-weed, il ne dormait que d’un oeil ces derniers temps, soucieux après leur dernière mésaventure avec Paul. S’étant entraînée aux sutures, Marie avait recousu de son mieux l’entaille sur son bras, et si la cicatrice n’était pas belle à voir, la plaie ne s’était au moins pas infectée. Mais la douleur lui rappelait à chaque instant le danger que représentait leur hôte.
Il allait sombrer dans le sommeil quand un hurlement résonna dans le centre commercial. Cette fois, ce n’était pas un rêve. Sur ses pieds en un instant, Jack conseilla à Gina de rester dans leur chambre et de s’occuper d’Alice, qui s’était mise à pleurer. Un nouveau cri retentit et il ne perdit pas une seconde de plus. Cela venait du magasin de literie, où dormaient les enfants. Empoignant son katana, il fonça vers la boutique et alluma les lumières. Pour assister à un spectacle effroyable.
Un des gamins gisait à terre, une profonde plaie au niveau du torse. Terrifiés, les autres s’étaient regroupés au fond du magasin, totalement impuissants. Jack se maudit de ne pas les avoir autorisé à avoir une arme près d’eux pendant leur sommeil. Car une goule avait pénétré chez les enfants et se faisait les dents sur un autre de leurs camarades. Avant que le jeune homme ait pu intervenir, le monstre lâcha sa prise et bondit sur les gamins qui s’éparpillèrent en hurlant. Ces putains d’évolués étaient foutrement rapides, et la goule parvint à en attraper un troisième. Celui-ci se débattit en criant de désespoir, mais c’était peine perdue. Les évolués avaient une puissance redoutable et ne lâchaient leur proie qu’une fois l’avoir contaminée.
Jack se rua à l’intérieur tandis que les gosses tentaient de sortir en se bousculant. Les premières victimes n’allaient pas tarder à se réveiller, mais pour le moment, il fallait s’occuper du danger le plus important : la goule.
Celle-ci était terrifiante. Des muscles saillants se tendaient sous sa peau sombre. Ses membres étaient bien plus longs que ceux d’un être humain et avaient une étrange forme aplatie, comme si ses os s’étaient élargis. Et ses ongles étaient épais et pointus, transformant ses mains en véritables tenailles griffues.
Le monstre relâcha sa victime et se retourna vers le jeune homme. Elle eut alors un comportement pour le moins troublant. Voyant que Jack brandissait son katana vers elle, elle ne tenta pas de lui foncer dessus comme les monstres les faisaient habituellement. Au contraire, elle se mit à reculer en grondant et tenta de contourner son adversaire pour poursuivre une proie moins dangereuse. Ebahi, le jeune homme ne la laissa pourtant pas faire, se décalant pour l’empêcher de passer. Mais il oubliait les premières victimes, et passa à deux doigts de se faire mordre par un de ses anciens protégés, arrivé par derrière. Il ne dû son salut qu’à Lloyd Bronson, arrivé quelques instants après lui et qui l’avertit in extremis du danger. Jack se retourna de justesse et n’eut d’autre choix que d’embrocher immédiatement le crâne de l’enfant réanimé.
Mais l’évolué n’attendait qu’une occasion de ce genre. Le jeune homme eut à peine le temps de se protéger avec son sabre avant que la goule soit sur lui. Renversé par la puissance de l’attaque, il réussit à bloquer les mâchoires mortelles avec la lame de son katana, à seulement quelques centimètres de son visage. De la bave coula sur sa joue et il détourna la tête pour ne pas risquer de s’en prendre dans les yeux ou la bouche. Mais le poids du monstre l’immobilisait totalement et ses ongles lui labouraient les épaules. Sa force était telle que le jeune homme ne tiendrait plus longtemps. Heureusement, une détonation claqua. Il sentit la balle passer à quelques centimètres de sa tête juste avant d’exploser le crâne du zombie.
A bout de souffle, Jack se retourna pour voir que son sauveur était Arvis, le seul qui avait eu la présence d’esprit de rappliquer avec une arme à feu.
« T’as eu chaud, Jack, lui dit-il, fier de son tir. Un peu plus et… »
Mais il n’eut pas le temps de finir sa phrase. Transformé en monstre, le deuxième enfant contaminé arriva par sa gauche et mordit le jeune Bronson à la main.
« NOOOOOOON !! » hurla son frère aîné avant d’envoyer un violent coup de pied au zombie.
Ramassant le fusil, il truffa de plomb la cervelle du gamin, vidant le chargeur de l’arme en pleurant.
Voulant à tout prix éviter d’autres victimes, Jack n’attendit pas plus et planta son katana dans la tête du dernier enfant à avoir été infecté, et qui venait d’ouvrir les yeux. Mais restait le plus difficile. Ils allaient devoir tuer Arvis, avec qui ils avaient passé de nombreux mois, qui était un de leurs combattants les plus valeureux mais avant tout leur ami à tous.
Lloyd était effondré, incapable de retenir ses larmes. Il ne pouvait se résoudre à abattre son frère. Mais Béate arriva derrière le jeune Bronson, sabre en main, regard glacé et l’air décidée. Jack n’arrivait à croire qu’elle allait le faire. Sa sœur et Arvis sortaient pourtant ensemble depuis plusieurs semaines. Comment pouvait-elle trouver le courage de tuer son amoureux ?
Cela semblait pourtant convenir à Arvis, qui se mit à genoux et baissa la tête, acceptant son sort. Il préférait mourir immédiatement que devenir un de ces monstres sanguinaires.
« J’aurais aimé passer plus de temps avec toi… dit-il à sa petite amie. S’il te plait, essaie de faire ça vite…
-    Tends ton bras, répondit Béate.
-    Quoi ? Mais…
-    TENDS TON BRAS !! » ordonna-t-elle en levant son sabre.
Trop abasourdi pour comprendre, le jeune Bronson ne pu qu’obtempérer. En un éclair, la lame s’abattit, tranchant net son membre au niveau du biceps. Lloyd cria presque aussi fort que son frère.
« Mais pourquoi tu as fait ça ? hurla-t-il en secouant Béate par les épaules. A quoi ça te sert de le faire souffrir, conasse de psychopathe ?
-    Tais-toi ! l’interrompit Jack, comprenant la manœuvre de sa sœur. Ca peut marcher… »
Sans perdre une seconde, il fit un garrot à Arvis pour limiter le saignement. Le jeune Bronson s’accrochait. Malgré la douleur atroce, il sourit à Béate et la remercia.
« Je… j’espère vraiment que ça va empêcher l’infection de se propager… articula-t-il. Mais si jamais je me transforme quand-même… ne me laisse pas faire de mal à qui que ce soit…
-    T’inquiète pas, beau gosse, lui répondit la jeune fille. Je reste avec toi jusqu’à ce qu’on soit sûrs. »
Tandis que sa sœur et Lloyd veillaient sur Arvis, Jack entreprit de faire le tour du centre commercial pour comprendre comment le monstre avait réussit à entrer et pour s’assurer qu’il n’y en avait pas d’autres. Paula et Marie s’étaient barricadées dans l’armurerie avec les enfants et John était allé rejoindre sa sœur, armé d’un fusil pour la protéger elle et le bébé. Jack leur recommanda à tous de rester vigilants et de ne pas bouger.
Il identifia vite la cause du problème : les grilles de l’entrée principale avaient été relevées. Comment cela était-il arrivé ?
La réponse lui sauta aux yeux : sa voiture n’était plus là. Et la seule personne qui ne s’était pas montré était Paul. Cet enfoiré s’était vengé. Il avait ouvert la porte, donné un coup de klaxon histoire d’attirer des goules, et s’était tiré avec le véhicule le plus maniable. Bouillant de rage, Jack espéra de tout cœur que les zombies auraient sa peau. Et si tel n’était pas le cas, il se faisait la promesse de retrouver ce fils de pute et de le faire payer.

Publié dans Chapitres

Commenter cet article

Tom 09/02/2010 21:05


Bah faut bien les écumer ces sales mioches lol


Tistou Lacasa 25/10/2009 20:44


Rhaa encore des gosses qui passent à la casserole :D