Chapitre 118 : foudre divine

Publié le par RoN

Un guerrier véritable se doit de cultiver la passion de la mort. Il doit y songer chaque matin en se levant, savourer chaque repas comme si c’était le dernier, imaginer qu’il ne se réveillera jamais quand il s’endort le soir. Rien de morbide ou de malsain là-dedans. C’est simplement la meilleure manière de se préparer au combat, d’accepter son sort quel qu’il soit, de partir sans regret au cas où le trépas surgirait inopinément. Nombre de valeureux soldats vont jusqu’à se considérer comme déjà morts.
Mais dans ces conditions, comment se battre avec fougue pour protéger sa vie, comment avoir la force de défendre son existence ? Là est tout le paradoxe du guerrier. Rares sont ceux qui parviennent à le comprendre, à s’en imprégner avant d’atteindre un âge avancé. Kenji, pour sa part, se gardait bien de ce genre de réflexions. Du moins pas dans la situation présente. Il n’en avait pas besoin. Son instinct lui dictait sa conduite, son attitude. Son esprit était vide de toute pensée parasite, calme comme la surface d’un lac. Il percevait la réalité avec une clairvoyance jamais ressentie jusque là. Une tension fulgurante avait envahi chacune de ses cellules. Ses muscles étaient détendus, mais prêts à bouger à la moindre sollicitation. Il ressentait toute chose sans avoir besoin de les regarder. Il avait l’impression de ne faire qu’un avec ses adversaires, avec les gens qui l’observaient, avec l’univers dans son entier. Il aurait presque pu fermer les yeux et garder intacte la conscience de ce qui l’entourait. Mais ne s’y risqua pas.
Face à lui, six des prédateurs les plus redoutables que la terre ait porté jusque là. Six super-goules, immobiles tout comme lui, n’attendant que l’occasion de planter leurs griffes dans sa peau, de le mordre jusqu’à l’os. Elles aussi savaient – sentaient – qu’elles n’avaient pas le droit à l’erreur. Leur attention était entièrement monopolisée par ce guerrier aux deux lames, en oubliant les autres humains terrés dans leur boîte de conserve. Grossière erreur.
Une détonation claqua et l’un des monstres s’écroula, la tête explosée. Très joli tir de la part de Faye. L’angle était parfait, offrant une pénétration maximale au projectile. Le crâne renforcé de la créature n’y avait pas résisté.
Les yeux d’un des monstres se tournèrent une demi-seconde vers les femmes. Cela suffit à Kenji.

kenji2.JPG
Aucun des nombreux spectateurs, tremblant de terreur derrière les fenêtres des bâtiments, ne fut capable de distinguer son mouvement. En un clin d’œil, il s’était téléporté derrière le zombie, de la visque apparaissant comme par magie sur son katana. Repliés dans une imitation grotesque de boxeur, les bras du monstre se détendirent et sa tête tomba au sol.
Le tueur de goule ne perdit pas un instant et bondit pour éviter de se retrouver encerclé, en profitant pour achever le zombie dont il avait coupé les jambes quelques instants auparavant. Plus que quatre. Mais ceux-ci commençaient à comprendre. Ils se positionnèrent de profil et levèrent les bras au niveau de leurs tempes, se protégeant d’éventuels tirs provenant du bus, tout en faisant de leur mieux pour se placer stratégiquement face au guerrier.
Bien qu’ayant une allonge supérieure à celle de Kenji, ils n’essayaient pas de l’attaquer directement, se contentant de feinter, d’avancer puis de reculer sans porter de coup réellement dangereux. Leur adversaire en était parfaitement conscient, et limitait ses mouvements au maximum, économisant la moindre de ses forces. Physiquement, il tenait le coup. Mais la tension était telle qu’il ne pouvait s’empêcher de haleter, de transpirer sous le soleil levant. Il fallait en finir sans tarder.
Les goules n’étaient pas de cet avis, et faisaient tout pour que l’échange dure le plus longtemps possible. Gina et Faye avaient beau les harceler de coups de feu, elles restaient impassibles, protégeant leurs points faibles tout en continuant leur petit manège. Qu’espéraient-elles donc ? Kenji le comprit bientôt. L’espace d’un instant, un zombie le quitta des yeux pour regarder quelque chose au-dessus de lui. Le jeune homme comprit enfin, mais trop tard. Une masse tendre et lourde s’abattit sur ses épaules, le clouant au sol, et il sentit une bouche baveuse chercher sa gorge. Il rua tel un étalon, se dégageant de l’emprise de son agresseur, et eut juste le temps de se protéger d’une attaque mortelle grâce à son wakizashi. Le bras tranchant d’une super-goule s’arrêta à un centimètre de son épaule, tandis qu’à côté, le zombie fraîchement contaminé qui lui avait sauté dessus se remettait sur ses pieds.
Le long katana fusa, sanctionnant par la mort l’audacieux évolué. Mais les autres arrivaient déjà. Les lames d’acier battirent l’air, les faisant reculer, tandis que Kenji se remettait sur ses pieds.
« Les prisonnières contaminées commencent à se réveiller ! cria-t-il à ses camarades. Descendez-les ! Je m’occupe des super-goules ! »
Gina et Faye obtempérèrent, exécutant la zombie qui avait bien failli avoir leur ami. Tout autour d’eux, les femmes qui avaient été mordues se relevaient. Seule Strychnine restait humaine, l’épaule dégoulinante de sang et les yeux clos, mais toujours en vie grâce au joint qui fumait à ses lèvres.
Visant avec soin, les deux filles firent de leur mieux pour les aligner, tâche difficile étant donnés les angles de tirs souvent inconvenants. Quel gaspillage ! Si ces malheureuses avaient pris un peu de super-weed au lieu de leur poudre inutile, elles seraient encore en vie. Qui plus est, Kenji devait maintenant se passer du soutien de ses compagnes. Et il lui restait encore trois démons à pourfendre.
Réalisant qu’ils ne risquaient plus de se prendre une balle surprise, ceux-ci se décidèrent à passer réellement à l’offensive. En parfaite simultanéité, ils se ruèrent sur le guerrier, l’attaquant sur trois fronts à la fois. Il s’en sortit de justesse, esquivant le premier, parant le suivant de son bras gauche et le dernier du droit. Ah, quelle prescience avait-il eu de s’entraîner à manipuler ses deux sabres en même temps. Porter deux armes à la ceinture n’avait aucun sens ci l‘on ne s’en servait pas de la meilleure manière possible. Cela venait de lui sauver la vie. Ce ne serait sans doute pas la dernière fois.
Il utilisa les longs membres des goules à leur désavantage, se glissant au corps à corps avec la plus proche. La pointe de son wakizashi s’éleva vers le ciel, empalant le crâne monstrueux. Usant de toute sa puissance, il empêcha le cadavre de s’effondrer, s’en servant comme bouclier pour se protéger des deux autres créatures. Les longues griffes s’y enfoncèrent, le traversant de part en part, bloquées à un cheveu du visage de Kenji.
D’un coup de pied, le guerrier poussa le corps inanimé en avant. L’une des deux goules restantes avait eu la présence d’esprit de se retirer rapidement, mais pas l’autre. Ses mains restèrent plantées dans la chair de sa compatriote, abaissant sa garde. Le jeune homme poussa un grognement et ses deux lames se croisèrent, fauchant la gorge du monstre tels de gigantesques ciseaux.
« Nous y voilà… souffla-t-il à la dernière goule, les poumons en feu mais le sourire aux lèvres. Un contre un, et que le meilleur gagne. »
Mais visiblement, le monstre avait autre chose en tête. Il resta un instant face à Kenji, avant de tourner les talons et de prendre la fuite.
« Ah non, merde, tu vas pas t’en tirer comme ça ! » s’exclama le jeune homme en se précipitant à sa poursuite.
Il avait sous estimé l’intelligence et la ruse de la super-goule. Car celle-ci n’avait fait que feindre la retraite, et pivota à la vitesse de l’éclair. Son avant-bras tranchant s’éleva dans les airs avant de s’abattre sur le guerrier, incapable de freiner. Il eut juste le temps de brandir son katana pour se protéger. L’arme fut arrachée de ses doigts sous la violence du choc et les ongles du zombie lui labourèrent le torse.
Kenji bondit en arrière, la main endolorie et la poitrine marbrée de quatre traînées sanglantes. Il se remit malgré tout en garde, s’attendant à une offensive immédiate. Mais la super-goule ne se rua pas sur lui, préférant s’abaisser pour s’emparer du katana abandonné.
« Mais c’est quoi ce délire ? s’exclama le jeune homme, éberlué. A quoi tu joues, saloperie putréfiée ? »
Pour toute réponse, la créature soupesa le sabre un instant, avant de bondir vers son adversaire en frappant. Un coup presque parfait, d’une vitesse fulgurante, que Kenji esquiva de justesse en se jetant sur le côté. Il effectua quelques pas de retrait, n’en revenant toujours pas. Jamais, jamais il n’avait vu un zombie utiliser le moindre outil. Alors un sabre – son propre sabre ! Et ce monstre ne faisait pas que l’agiter stupidement. Il avait observé son adversaire combattre, et parvenait à l’imiter admirablement. Leur capacité d’apprentissage était terrifiante. Jusqu’où iraient-ils donc ?
Faisant de son mieux pour se remettre du choc, le tueur de goule se prépara à l’attaque, son seul wakizashi en main. Le monstre le copia immédiatement, adoptant l’exacte attitude du guerrier, sabre en avant, pointé vers le visage de son adversaire. Kenji était bouche bée. Les lèvres du monstre se retroussèrent, exhibant sa dentition hideuse, et il claqua des mâchoires plusieurs fois de suite, comme pour se moquer de ce pitoyable humain.
Le jeune homme fronça les sourcils et bondit en avant dans l’intention de pourfendre cette créature impudente. Mais il ne parvint même pas à rentrer dans son périmètre. Le katana Makoto fendit l’air, parant le sabre court, et la main libre du monstre plongea instantanément vers son cœur. D’un puissant coup de rein, Kenji se tordit pour éviter l’attaque, faillit perdre l’équilibre et se faire trancher la tête par son arme subtilisée.
« Ca, tu vas me le payer… » grinça-t-il, tâchant de se montrer le plus féroce possible.
Mais en réalité, il n’en menait pas large. La manœuvre totalement inattendue du monstre l’avait complètement déboussolé. Il se sentait perdu, commençait à douter. La tension, la clairvoyance qui l’habitait depuis le début du combat s’était évanouie quand il avait été dépourvu de son katana. Il était sur le chemin de la défaite, et le savait parfaitement.
Il jeta un coup d’œil vers ses amies, espérant un quelconque soutien. Mais Gina et Faye s’évertuaient toujours à descendre les jeunes infectées. Celles-ci n’étaient plus bien nombreuses, mais monopolisaient l’attention des femmes.
Kenji sentit la peur s’insinuer en lui. Non, il ne devait pas renoncer. Un guerrier ne craint pas la mort. La seule, l’unique chose auquel il devait songer était de décrocher cette tête monstrueuse, de récupérer son arme subtilisée. Mais comment ? Comment atteindre ce cou difforme, protégé par des bras démesurés encore allongés par le katana ?
« Kenji ! cria soudain une voix familière. Attrape ! »
La super-goule se retourna, repérant Saul Gook sortant du dortoir. Un objet oblong s’envola de ses mains, tournoya au-dessus de la tête du monstre, pour atterrir aux pieds de Kenji dans un fracas métallique.
Le guerrier ne prit même pas le temps de réfléchir. Il se baissa pour ramasser l’arme, la sortit de son fourreau d’un coup sec du poignet, et sentit un frisson lui parcourir l’échine. Son esprit s’éclaircit, sa peur s’évanouit, ses dernières forces semblèrent affluer dans son bras droit alors qu’il réalisait que ses doigts serraient le Tenchûken.
Comme au ralenti, le visage du monstre se tourna à nouveau vers lui. Kenji le sentit bouger avant de le voir. Les muscles du zombie frémirent, se tendirent alors qu’elle s’élançait vers sa proie. Mais le tueur de goule ne doutait plus. Il ne faisait qu’un avec le sabre mono-moléculaire. Il eut l’impression que l’arme elle-même se ruait vers son adversaire, se contentant de traîner derrière elle le pantin de chair nécessaire pour lui donner vie.
Son bras effectua deux, non, trois mouvements alors que ses jambes le propulsaient en avant. Il ne sentit aucune résistance. La goule avait disparu.
Il se retourna et vit le corps du monstre tomber en morceaux, le katana Makoto intact dans sa main griffue. Kenji resta plusieurs secondes immobile, n’arrivant pas bien à réaliser ce qu’il avait accompli. Cela venait de se produire, mais semblait déjà flou dans sa mémoire.
Il sursauta quand la main de Saul se posa sur son épaule.
« Nom de dieu, j’ai jamais vu ça… murmura-t-il en considérant les restes de la super-goule. Comment tu as fait pour bouger aussi vite ?
-    Je… J’en sais absolument rien, balbutia Kenji.
-    J’ai cru que cette saloperie avait été frappée par un éclair !
-    C’est le Tenchûken. Il m’a sauvé la vie. Non, tu m’as sauvé la vie, Saul. Merci. »
Les deux hommes contemplèrent l’arme légendaire, dont la lame n’était même pas tachée de visque. Le soleil se reflétait sur la lame, faisant ressortir la fine traînée de nanotubes. Ainsi, voilà donc ce que donnait ce puissant sabre entre les mains d’un expert, d’un prodige tel que le tueur de goule. La foudre divine, capable d’annihiler toute chose en une fraction de seconde. C’en était presque terrifiant.


(image extraite du manga Vagabond)

Publié dans Chapitres

Commenter cet article

Tistoulacasa 02/02/2010 17:46


Super bataille qui m'a donné des frissons comme lorsque je lis un combat d' IPPO merci :)


RoN 02/02/2010 18:20


Ah, j'aime te donner des frissons ^^


Tistoulacasa 02/02/2010 17:45


Il y a une erreur je pense à la fin du cinquième "paragraphe" sous l'image.
Tu as écrit :Ce ne serait sans doute pas la première fois.
Je pense que tu voulais dire dernière fois...


RoN 02/02/2010 18:19


En effet, merci, j'ai corrigé ça ^^