Chapitre 110 : blessés

Publié le par RoN

« Pitié, pitié, gémissait Mitch. Ne me tuez pas, je vous en prie…
-    Franchement, je me tâte… répondit Vicious en agitant son couteau. Je douille à mort, ça me ferait plaisir de passer mes nerfs sur une fiotte dans ton genre.
-    Arrête tes conneries, le réprimanda Faye d’une voix faible mais autoritaire. Ce massacre ne vous a pas suffit ? Tu ferais mieux de t’occuper de tes blessures, au lieu d’en redemander. »
Une remarque intelligente. Si l’éraflure de sa cuisse n’était pas trop inquiétante, le bras de Vicious pissait le sang, et Kenji n’était pas au mieux de sa forme non plus. Mais il mit de côté sa propre souffrance pour s’occuper d’abord de sa bien-aimée. Récupérant la trousse de secours qu’ils avaient eu la prévoyance d’emporter, il y préleva un joint de super-weed pré-roulé et le colla dans la bouche de Faye. Voilà une habitude qu’ils avaient prise depuis la découverte du pouvoir de cette drogue miraculeuse : des pétards étaient dorénavant gardés avec les bandages, désinfectants et fils à sutures des kits de premier soin.
Faye s’emplit les poumons de fumée, savourant ce maigre réconfort après les heures difficiles qu’elle avait vécu. Elle se sentit mieux presque instantanément, une sensation de sérénité remplaçant la chaleur fiévreuse qui colonisait peu à peu son corps. Elle resta plusieurs minutes les yeux fermés, récupérant peu à peu et se remettant du traumatisme qu’avait été cette bataille sanglante. Elle se savait tirée d’affaire, mais se faisait du souci pour son bébé. Le fœtus risquait de souffrir des conséquences de son importante perte de sang. Sans parler de l’éventuelle influence de la prolifération de la Ghoulobacter. Faye ne pouvait que prier pour que cela ne perturbe pas sa grossesse.
Toujours lié à elle par les menottes, Mitch tremblait de tout son corps en ne quittant Vicious de yeux. La jeune femme lui tapota l’épaule histoire de le rassurer, et partagea son joint avec lui.
« Hey, beauté, étant donné que j’ai risqué ma peau pour toi, tu veux bien m’aider ? » l’interrogea l’ex-leader des Raiders.
Il s’évertuait à serrer un bandage autour de son bras blessé, grimaçant et pestant contre la douleur qui lui faisait tourner la tête. Saul était reparti chercher Aya et Gina, et ne pouvait donc pas lui porter assistance. De son côté, Kenji surmontait son dégoût pour fouiller les restes du colonel Magnus, y récupérant la clé des menottes. Il pu enfin séparer Mitch et Faye, qui prêta main-forte à Vicious avant de s’intéresser à son amoureux.
« Mon dieu, chéri, tu es presque défiguré… gémit-elle.
-    Mais non, ne t’en fais pas. J’en ai vu de pires… »
Peut-être, mais à peu de choses près. Entre ses côtes cassées et la balle qui lui avait sévèrement amoché le visage, le tueur de goule avait échappé à la mort d’un cheveu. Cela lui était parfaitement égal : durant toute la bataille, il n’avait eu en tête que le sauvetage de la femme qu’il aimait.
Elle entreprit de panser ses plaies, les larmes aux yeux en constatant ce que son amoureux avait enduré par sa faute. Leur bus renforcé se présenta bientôt aux abords du champ de bataille. Aya et Gina avaient entendu les coups de feu et explosions, et se doutaient que la bataille avait dû être sacrément violent. Elles n’imaginaient pas à quel point.
« A ta place, j’éviterais de leur parler du coup de la tête piégée… » chuchota Kenji à Vicious.
Cela était en effet judicieux. Les deux femmes semblaient atterrées devant le chaos sanglant causé par leurs camarades, mieux valait leur éviter les détails sordides de l’affrontement. Elles ne posèrent de toute façon aucune question, simplement soulagées de voir que tous leurs amis étaient en vie. Aya ordonna à Faye de se reposer et de s’envoyer un nouveau joint, se chargeant des soins de Kenji à sa place. De son côté, Gina s’occupait de Vicious.
« Méchante blessure… constata-t-elle en grimaçant. La balle t’a traversé le biceps. Je ne sais pas si tu en retrouveras l’usage complet…
-    Fait chier… Tu peux me recoudre ?
-    Je vais essayer. Mais ça ne va pas être joli. Et j’espère que tu as aussi un côté masochiste, car tu vas prendre cher…
-    Si c’est toi qui me fais mal, ça me fera forcément du bien » lui répondit-il avec un clin d’œil.
Mais il perdit vite de sa superbe, s’évanouissant presque de douleur quand l’institutrice rapprocha les bords de sa plaie à l’aide de pinces. Kenji souffrait aussi le martyre, charcuté par Aya qui faisait de son mieux pour réparer les dégâts de son visage.
« Je crois qu’on a un peu de morphine, avança Mitch, un peu rassuré de voir que les guerriers allaient lui laisser la vie sauve.
-    Merde, t’aurais pas pu le dire avant ? »
Les militaires vaincus possédaient aussi des antibiotiques, denrée qui s’avérerait indispensable par la suite, ainsi que quantité de vivres, munitions et matériel intéressant. Saul entreprit de récupérer tout ce qui pouvait s’avérer utile, se chargeant également d’occire les quelques goules qui ne tardèrent pas à se rameuter, attirées par le tapage de la bataille.
Les blessés à peu près retapés, tous purent s’accorder un repos bien mérité. Ils reprirent la route le soir-même, Mitch les informant que le général Hadida était probablement au courant de leur position. Mieux valait s’éloigner le plus possible du lieu du crime. Le jeune geek fut naturellement invité à se joindre à eux. Il n’était aucunement menaçant et ne semblait pas leur en vouloir d’avoir éradiqué la troupe de l’ARH, bien au contraire. Qui plus est, avec Kenji, Faye et Vicious incapables de se battre, une paire de bras supplémentaire n’allait pas être superflue pour lutter contre les hordes de zombies.
« Je… je suis désolé, mais je ne peux pas me battre, balbutia Mitch, honteux.
-    Attend, tu ne vas pas me dire que tu n’as jamais tué de goule ? s’exclama Vicious. Quelle tapette !
-    Hey ! le rabroua Faye. Les remarques homophobes, tu te les gardes ! Ce pauvre Mitch en a déjà pris suffisamment dans la gueule !
-    Désolé, désolé ! C’était juste une façon de parler. J’ai rien contre les gays, petit. Au contraire, ils ont bien raison. Qui mieux qu’un homme peut comprendre un autre homme ? Quoi qu'il en soit, tu ne vas pas avoir le choix. Va falloir te salir les mains si tu veux survivre avec nous… »
Mitch n’avait vraiment pas l’air enjoué à cette idée. Il ne fallut pourtant pas attendre longtemps pour qu’il soit mis face à ses cauchemars. Dans la nuit, les guerriers tombèrent sur un petit groupe de zombies, qu’ils auraient facilement pu traverser sans s’arrêter. A peine une dizaine de goules, et pas des plus évoluées. Mais Saul stoppa tout de même le bus à une centaine de mètres, bien décidé à initier leur nouvelle recrue à la chasse à l’infecté.
« Non, s’il vous plait… gémit le pauvre garçon. Je ne réussirai jamais. Ils sont trop forts, trop rapides.
-    Arrête de stresser. Je ne vais pas te jeter dans le grand bain pour ton premier plongeon, le rassura Gook d’un ton paternel. Aller, viens, et reste derrière moi. »
Il fallut presque le faire sortir de force, mais une fois dehors, Mitch consentit à s’approcher à pas de loup des monstres endormis. Saul lui fit signe d’observer attentivement, puis fonça sur la meute en lançant un cri guerrier. Son Tenchûken trancha trois têtes avant que les goules n’aient réagi, et les suivantes ne lui posèrent aucune difficulté. Mais il ne tua pas la dernière directement, se contentant de lui trancher les bras et les jambes aussi facilement que des branches mortes. Il considéra quelques secondes le tronc pitoyable qui se tordait au sol en claquant des mâchoires, avant de faire signe à Mitch de se rapprocher.
« Ramène-toi, bordel ! insista-t-il en voyant que le jeune homme restait immobile, paralysé par la peur. Elle ne pourra rien te faire dans cet état. Et même si tu te faisais mordre, on a de la super-weed. Tu n’as vraiment rien à craindre. »
Toujours incapable de bouger, Mitch sursauta et poussa un glapissement aigu quand une main se posa sur son épaule. Faye lui adressa un sourire bienveillant.
« Je comprends que tu aies peur, dit-elle d’une voix douce. Tout le monde a les boules, même si la plupart des gens le cachent. Le courage, ce n’est pas de ne pas ressentir la peur. C’est d’agir même quand on a la trouille. Accepter ses craintes, les surmonter pour faire ce qui est à faire. Pense à Richard. Lui-aussi avait peur, c’est certain. Mais il en faisait abstraction pour te protéger. Maintenant qu’il n’est plus là, c’est à toi de te protéger toi-même. Personne ne prendra jamais sa place. Continue la tâche qu’il s’était donné. Ne rend pas son sacrifice inutile. »
Les paroles de Faye touchèrent profondément le jeune Mitch. Dans sa tête, Rick souriait d’un air confiant en hochant la tête. Oui, il pouvait le faire. Il devait le faire. Il fallait absolument survivre, faire perdurer le souvenir de l’homme qu’il aimait, le garder dans son cœur à tout jamais. Il devait absolument apprendre à défendre sa vie. Il devait apprendre à tuer.
Mitch inspira profondément, laissa sa peur passer sur lui, à travers lui. Il força ses jambes à faire un pas. Puis un autre. Jusqu’à se trouver à côté de Saul. Il regarda longuement la créature démembrée et dégoulinante de visque, ne pouvant détacher ses yeux de ce regard moribond. Finalement, Gook avait raison. Dans cet état, le monstre n’était plus très impressionnant.
Un katana apparut dans son champ de vision. Saul lui prêtait son précieux Tenchûken.
« Je préférerais un flingue, demanda le jeune homme, résolu à faire ce qu’on lui demandait.
-    Non, répondit Saul. Les armes à feu font trop de bruit et sont moins fiables. Et puis ça ne te ferait pas le même effet que ce sabre. Tu dois t’habituer à combattre ces monstres au corps à corps. »
Les doigts tremblants, Mitch s’empara donc du katana. L’arme était lourde, trop lourde pour ses mains plus habituées à manier une souris et un clavier. Mais il réussit à la soulever et, après un instant, l’abattit sur la tête du zombie.
Le crâne fut tranché comme du beurre, la lame s’enfonçant même dans le bitume de la route. Mitch en resta bouche bée.
« Comment j’ai réussi à faire ça ?! s’exclama-t-il en relevant le katana. Je… je suis… fort ?
-    Hum… disons que tu as été un peu aidé, répondit Saul en riant. Mais tu es fort, oui. Ce sabre est spécial. Il change le plus faible des hommes un en puissant guerrier, capable de découper tous les démons qui se présentent devant lui. Tu en es la preuve vivante.
-    Vous croyez que je pourrais réussir à faire pareil avec n’importe quelle épée ?
-    Avec un peu de pratique, ça ne fait aucun doute. Et je vais t’entraîner, ne te fais pas de souci. Mais tu sais quoi ? En attendant, tu n’as qu’à garder le Tenchûken. Il a été créé pour la vengeance, mais il saura aussi te protéger, j’en suis certain. »

Publié dans Chapitres

Commenter cet article

tistoulacasa 31/01/2010 15:26


Quoi ?! L'arme ultime au main d'un pauvre geek !!! Rhaaa j'enrage...